31 oct. 2010

Le tracé Ouest, par ses bassins de rétention, offre à la Ville de Beauceville ce qu'elle ne peut financièrement s'offrir

Voilà ce que révèlent les études hydrauliques de la Ville de Beauceville obtenues en vertu de la Loi d'accès à l'information.

Rappelons que les pluies diluviennes d'août 2008 avaient causé d'importants dommages, de l'ordre de 1,3 M $ : affaissement de routes, rupture de ponceaux, glissement de terrains et inondation de plusieurs résidences.

Un important dommage se situait sur la route Fraser où un cratère d'une dizaine de mètres s'était formé par le débordement du ruisseau Bertrand forçant la fermeture de cette route pendant plusieurs semaines.

Pour protéger les infrastructures municipales de la Ville de Beauceville et sécuriser sa population en cas de fortes pluies, ces études proposent, entre autres solutions pour réduire les risques de débordements du ruisseau Bertrand, la construction d'un bassin de rétention en amont de la zone urbanisée, à l'emplacement même où le ministère des Transports prévoyait ce type de bassin avec la réalisation du tracé Ouest. D'autres bassins étaient aussi prévus pour les ruisseaux traversant la Ville de Beauceville.

La firme de génie conseil conclu toutefois que cette solution « est financièrement peu réalisable » pour la Ville de Beauceville, « de l'ordre de 2,5 M $ ». Elle propose deux autres solutions, de l'ordre de 400 000 $, pour ce seul ruisseau.

Que la Ville de Beauceville ne fasse sienne les conséquences de la réalisation du tracé Est sur la pérrenité de la base territoriale d'une soixantaine de producteurs agricoles et forestiers ou des fuites commerciales de l'ordre de 2 M $ que ce tracé engendrera, c'est une chose, mais qu'elle se fasse borgne, comme le ministère des Transports et celui de la Sécurité publique, de l'aménagement des bassins de rétention prévu dans le tracé Ouest, qui leur permettrait de remédier aux problèmes récurrents de ces fortes pluies à un coût digne d'une saine gestion des fonds publics, là, c'est dénonciable.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire