28 août 2010

LES AVANTAGES DU TRACÉ OUEST

Les Partisans du tracé Ouest vous invitent à consulter l'onglet « AVANTAGES DU TRACÉ OUEST ».

Sommairement, ce qui distingue avantageusement le tracé Ouest situé plus près du périmètre urbain de Beauceville, c'est le boulevard commercial en parallèle qui y est prévu, lequel offre l'opportunité de redéployer une nouvelle structure commerciale pour contrecarrer l'effet négatif de la venue de l'autoroute. En effet, une étude économique réalisée par la Ville de Beauceville révèle que les pertes des chiffres d'affaires des commerces de la route 173 à Beauceville seront entre 1,8 et 2,0 M $ annuellement dûes à la baisse d'achalandage.

Il faut rappeler qu'en novembre 2004, lors de la deuxième séance d'information, le ministère statuait sur le choix de tracé Est pour le prolongement de l'autoroute 73 à Beauceville. Selon les représentants du ministère, les considérations hydrauliques, à l'avantage du tracé Est, constituaient le critère « MAJEUR » dans la sélection de ce tracé, laissant au dernier plan les préoccupations des Partisans du tracé Ouest à l'égard de la protection de l'environnement et du territoire agricole. Les préoccupations de la Ville de Beauceville à l'égard de son développement économique et de l'aménagement de son territoire étaient tout autant écartées. Le maire H. Marcel Veilleux d'alors s'était d'ailleurs étonné lors de cette séance que le ministère ait statué de façon définitive sur son choix de tracé Est alors que les deux variantes de tracé étaient toujours sous l'examen conjoint de la Ville, du ministère même et d'intervenants locaux, l'étude économique susdite devant être déposée incessamment pour éclairer la décision de la Ville quant au choix de tracé.

La Ville de Beauceville a tout de même poursuivi cette étude et sur la base de celle-ci, priorisé par résolution le tracé Ouest en avril 2005. La Ville donnait toutefois son aval au tracé Est à la condition que le ministère accepte d'inclure dans son projet l'aménagement du boulevard urbain prévu dans l'axe du tracé Ouest.

Depuis, l'on sait que le ministère n'a pas convaincu les commissaires du BAPE des impacts hydrauliques du tracé Ouest pour justifier son choix de tracé Est, les impacts agricoles significatifs du tracé Est ayant prévalu. La Commission de protection du territoire agricole du Québec n'a pas rendu par ailleurs une décision favorable et sans appel au ministère pour son tracé Est en respect de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles du Québec. Le ministère a plutôt soustrait de l'examen des juges du Tribunal administratif du Québec la deuxième décision de la Commission (obtenue des suites de l'invalidité de sa première décision et de l'ordonnance du Tribunal de reprendre son analyse) par l'adoption d'un décret tout juste avant les audiences de ce Tribunal.

À ce jour, bien que la Ville de Beauceville ait maintenu sa résolution d'appui au tracé Ouest d'avril 2005 et que le ministère n'ait pas consenti à la condition d'acceptabilité du tracé Est, le maire de Beauceville, Monsieur Luc Provencal, s'exprimait ainsi des suites de l'adoption du décret de dézonage du tracé Est « je pense qu'il faut se réjouir que le gouvernement prenne ses responsabilités et agisse » et « J'espère que le gouvernement n'oubliera pas de compenser de façon juste et équitable les personnes touchées par les expropriations » (Le journal de la Beauce, 18 novembre 2009).

Faut-il se réjouir du pouvoir du gouvernement d'éviter par décret de se défendre contre quelques citoyens dans un débat contradictoire sur le tracé de moindre impact devant le Tribunal administratif du Québec ? Pouvoir plus exorbitant encore, faut-il se réjouir qu'il soit possible que le gouvernement « oubli » de compenser les citoyens qui seront expropriés !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire